Navigation atlantique de trois galères castillanes au début du XVe siècle d’après Le Victorial: de la chronique chevaleresque à l’histoire maritime

Please download to get full document.

View again

All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
 11
 
  Beyond the chivalrous figure of Pero Niño and its military exploits during the naval operations conducted in the Bay of Biscay and English Channel in 1405 and 1406, the Victorial provides interesting information on the navigation of three Castilian
Share
Transcript
  A NUARIO   DE  E STUDIOS  M EDIEVALES 44/2, julio-diciembre de 2014, pp. 733-768ISSN 0066-5061 doi:10.3989/aem.2014.44.2.03 NAVIGATION ATLANTIQUE DE TROIS GALÈRES CASTILLANESAU DÉBUT DU XVe SIÈCLE D’APRÈS  LE    VICTORIAL : DE LA CHRONIQUE CHEVALERESQUE À L’HISTOIRE MARITIME 1  ATLANTIC NAVIGATION OF THREE CASTILIAN GALLEYS  IN THE EARLY FIFTEENTH CENTURY AFTER THE   VICTORIAL :FROM CHIVALROUS CHRONIC TO MARITIME HISTORY  M ICHEL  B OCHACA Université de La Rochelle - UMR 7266 LIENSsE DUARDO  A ZNAR  V ALLEJO Universidad de La Laguna - IEMYR 1  L’étude s’inscrit dans le cadre du projet I+D nº HAR 2009-08474,  De mar a mar. “Los puertos castellanos en la Baja Edad Media ˮ , fi nancé par le Ministerio de Ciencia e Innovación del Gobierno de España et dirigé par Eduardo Aznar Vallejo.  Résumé  : Au-delà de la fi gure cheva-leresque de Pero Niño et de ses faits d’armes lors des opérations navales conduites dans le golfe de Gascogne et en Manche en 1405 et 1406,  Le Victorial  livre des informations sur la navigation des trois galères castillanes envoyées par Henri III  pour honorer les accords mili-taires avec la France. Le recoupement de ces données éparses et fragmentaires per-met de reconstituer une partie de l’univers maritime dans lequel navires et équipages évoluent à la fi n du Moyen Âge et qui échappe habituellement à l’historien faute d’écrits laissés par les gens de mer sillon-nant les mers du Ponant.  Mots clés : galère ; navigation ; Atlantique ; bas Moyen Âge.  Abstract  : Beyond the chivalrous fi gure of Pero Niño and its military exploits during the naval operations conducted in the Bay of Biscay and English Channel in 1405 and 1406, the Victorial  provides interesting information on the navigation of three Castilian galleys sent by Henry III  to honour the military agreements with France. The cross-checking of these dispersed and fragmentary data allows to reconstruct a part of the universe in which ships and crews are evolving in the late Middle Ages and which usually escapes the historian for lack of writings left by the sailors crossing the seas of Ponant. Keywords : galley; shipping; Atlantic; Late Middle Ages.  734 MICHEL BOCHACA, EDUARDO AZNAR A NUARIO   DE  E STUDIOS  M EDIEVALES , 44/2, julio-diciembre 2014, pp. 733-768ISSN 0066-5061, doi:10.3989/aem.2014.44.2.03 S OMMAIRE 1. Introduction.– 2. Un exemple de navigation atlantique.– 2.1. Les préparatifs de départ.– 2.2. La navigation dans le golfe de Gascogne.– 2.3. Les opérations navales en Manche et le retour en Castille.– 3. Les galères de Pero Niño.– 3.1. Des navires de guerre entraperçus au détour de détails techniques.– 3.2. Équipages et manœuvre   des navires.– 3.3. Commandement de la fl otte et direction des opérations militaires.– 4. Une plongée dans l’univers des marins castillans du début du XV e siècle.– 4.1. Na-vigation et comportement à la mer des galères.– 4.2. Perception de l’espace maritime et de l’environnement marin.– 4.3. Des mers du Ponant dif  fi cilement praticables pour les galères.– 5. Conclusion.– 6. Bibliographie citée. 1. I NTRODUCTION  Le   Victorial , ou Chronique de don Pero Niño, comte de Buelna , a été rédigé par Gutierre Díaz de Games, porte-enseigne ( alferez ) de ce noble castillan. Connu par sept copies, dont la plus ancienne, datant de la deuxième moitié du XVe siècle ou du début du XVIe siècle, est conservée à la Biblio-thèque nationale de Madrid (Ms 17648), il a fait l’objet de quatre éditions en castillan, parmi lesquelles nous retiendrons celle de Rafael Beltrán Llavador 2 . Deux éditions en français sont également disponibles 3 . Sur le modèle d’une chronique chevaleresque,  Le Victorial  raconte les faits d’armes de Pero Niño, comte de Buelna (1378-1453). Issu d’une famille noble réputée, il fut élevé avec l’infant Henri, dont la mère de Pero Niño fut la nourrice. Il servit ensuite par les armes Henri III le Maladif (1379-1406). Celui-ci le chargea de mener des opérations de police navale en Méditerranée occidentale en 1404-1405 4 , avant de l’envoyer dans l’Atlantique apporter l’aide militaire promise au roi de France Charles VI. Pero Niño s’illustra contre les Anglais en 1405-1406 avant de revenir en Castille.Gutierre Díaz consacre de longs développements aux opérations mi-litaires sur mer auxquelles il a lui-même participé, offrant ainsi un témoignage de première main. Plus qu’à la guerre, l’étude s’intéressera aux aspects ma-ritimes du périple atlantique : navires, équipages, techniques de navigation, perception de l’environnement marin 5 . Gutierre Díaz n’est pas un marin mais 2  R. Beltrán (ed.),  El Victorial . La 5e édition datant de 2005 sera prise pour référence. Pour le détail des autres éditions castillanes voir: R. Beltrán (ed.),  El Victorial , p. 150. 3  A. de Circourt (éd.),  Le Victorial. 4  M.T. Ferrer,  Els corsaris castellans , pp. 265-338. 5  L’intérêt du Victorial  pour l’étude de la navigation a été souligné par C. Martínez,  La nota marinera , pp. 15-43, et par J.-C. Cassard,  Échos ponantais d’une navigation des galères castillanes , pp. 237-239.   NAVIGATION ATLANTIQUE DE TROIS GALÈRES CASTILLANES 735 A NUARIO   DE  E STUDIOS  M EDIEVALES , 44/2, julio-diciembre 2014, pp. 733-768ISSN 0066-5061, doi:10.3989/aem.2014.44.2.03 il s’est familiarisé avec le monde de la mer en servant sous les ordres de Pero Niño. Précis et bien informé, il rend compte de l’univers maritime dans le-quel il évolue. Pour autant son témoignage ne suf  fi t pas à pallier le manque d’écrits provenant des gens de mer et, par sa rareté, il souligne le dé fi cit do-cumentaire plus accusé pour les mers du Ponant que pour la Méditerranée 6 . Embarqué comme homme d’armes 7 , c’est un témoin et non un acteur direct de la conduite des navires au même titre que d’autres voyageurs, pèlerins 8  ou ambassadeurs 9 , qui ont raconté leurs traversées maritimes. Son récit, centré sur les faits d’armes de son maître, capte la vie en mer de façon sélective et n’est en aucune manière un journal de bord tel que l’aurait tenu un marin, à l’exemple de celui de Luca di Maso degli Albizzi 10 . Si ce n’était le dénoue-ment tragique du périple atlantique de la Querina  en 1431, ajouté au fait qu’il s’agissait d’une nef marchande et non d’une galère, la narration de Pietro Que-rini d’une part, et celle de Cristoforo Fiorante et Nicolò de Michiel d’autre part offrent des similitudes avec la relation de Gutierre Díaz tant dans la forme que dans le contenu. Celle-ci s’en démarque cependant dans la mesure où elle narre les aventures de trois galères castillanes armées en guerre et envoyées dans les mers du Ponant pour y mener des opérations militaires. Cette mission donne à la navigation un tour particulier sans pour autant estomper le contexte nautique plus général que tout navire croisant dans les eaux du proche Atlan-tique rencontrait à la fi n du Moyen Âge. 6  À la faveur de sources abondantes et détaillées, les navires, les gens de mer et la naviga-tion en Méditerranée à la fi n du Moyen Âge et au début de l’Époque moderne ont fait l’objet de nombreux travaux. Le déséquilibre des connaissances avec les mers du Ponant, moins bien documentées et, de ce fait, moins étudiées, est en l’état des recherches tellement important que toute comparaison un tant soit peu systématique entre ces deux mondes maritimes bute sur le fossé historiographique qui les sépare. Sauf à lire l’histoire maritime atlantique au seul prisme des connaissances acquises sur la Méditerranée, il importe d’abord de résorber l’écart et, pour cela, de multiplier les études de cas avant de pouvoir envisager des comparaisons. Dans cette perspective, le souci d’exploiter au mieux les informations fournies par Gutierre Díaz nous a conduit à nous centrer sur la navigation atlantique de Pero Niño dont l’étude occupe l’essentiel de l’espace du présent article qui, tout en étant appréciable, n’en est pas moins contraint par des normes éditoriales. La place faite aux comparaisons en est donc réduite. Cela ne concerne pas la seule Méditerranée, car il aurait fallu intégrer aussi les informations fournies par d’autres récits de navigation atlantique disponibles pour le XV e siècle. Nous nous en tiendrons donc le plus souvent à des renvois bibliographiques. 7  R. Beltrán (ed.),  El Victorial , p. 119. Gutierre Díaz pourrait avoir rempli les fonctions d’écrivain du bord, ce qui le plaçait dans une situation privilégiée pour conserver le souvenir des faits et gestes de Pero Niño. 8  A. Pouget-Tolu,  Navires et navigation . En dépit de son titre général, cette étude traite exclusivement de la navigation en Méditerranée d’après les récits de pèlerins. 9  M. Bochaca, Sea Travel at the End of Middle Ages , pp. 436-447. Idem,  Navigation entre la France et l’Écosse , pp. 35-54. Idem, Un voyage par mer d’Angleterre à Bordeaux et retour en 1442-144 3,   pp. 369-388. 10  M.E. Mallett, The Florentine Galleys , pp. 207-275.  736 MICHEL BOCHACA, EDUARDO AZNAR A NUARIO   DE  E STUDIOS  M EDIEVALES , 44/2, julio-diciembre 2014, pp. 733-768ISSN 0066-5061, doi:10.3989/aem.2014.44.2.03  Le   Victorial  fournit avec  Le Canarien , dont il est contemporain 11 , un des plus anciens récits de navigation atlantique conservés pour le bas Moyen Âge européen 12 . Mais ces deux expéditions diffèrent dans leurs buts et les moyens navals mis en œuvre. Contrairement à Jean de Béthencourt, Pero Niño disposait de galères et non de nefs. Ces dernières étaient considérées comme mieux adaptées à la navigation atlantique. Gutierre Díaz souligne les dangers que les galères couraient. Pourtant, depuis le XIVe siècle des galères véni-tiennes, pisanes, fl orentines et majorquines s’aventuraient régulièrement hors de la Méditerranée pour rallier les ports de Flandre et d’Angleterre. Les ga-lères ont surtout été étudiées dans leur environnement méditerranéen 13 . Leur présence sur les mers du Ponant a retenu l’attention à un degré moindre et souvent pour une période plus tardive 14 . Au regard des témoignages du Flo-rentin Luca di Maso degli Albizzi et des Vénitiens Pietro Querini, Cristoforo Fioravante et Nicolò de Michiel  Le Victorial  offre un récit de navigation atlan-tique un peu plus précoce et donne la parole à un Castillan, c’est-à-dire à un représentant d’une autre nation à la vocation maritime af  fi rmée.2. U N   EXEMPLE   DE   NAVIGATION   ATLANTIQUE Alors que Gutierre Díaz situe avec une relative précision géogra-phique les déplacements par mer de Pero Niño entre la Castille, la France et l’Angleterre, leur chronologie se réduit à une succession de faits non datés. On peut cependant ordonner les opérations navales en quatre grandes phases. Les trois premières se déroulent du printemps à l’automne 1405 15  : préparatifs de départ, navigation dans le golfe de Gascogne, premier raid sur les côtes anglaises, tandis que la dernière a lieu de l’été à l’automne 1406 : second raid sur les côtes anglaises et retour en Castille. 11  E. Aznar et al.  (eds.),  Le Canarien ; E. Aznar et al.  (eds.),  Le livre nommé     Le Canarien . 12  Nous ne prenons pas ici en compte les Vies des saints du haut Moyen Âge qui, tel Bren-dan, naviguèrent au cours de leur  peregrinatio Christi , ni les sagas scandinaves. 13  Faute de place nous reverrons aux études les plus signi fi catives au fi l de l’article. 14  E. Fasano-Guarini,  Au XVIe siècle : comment naviguent les galères , pp. 279-296. R. González,  Las galeras mercantiles de Florencia , pp. 125-149. Idem, Corso, comercio y navegación , pp. 61-95. R.S. Lopez,  Majorcans and Genoese , pp. 1163-1179. M.E. Mallett, The Florentine Galleys . A. Ortega, Viajes a Flandes e Inglaterra , pp. 229-249. Idem,  Navegación mediterránea por el Atlántico , pp. 45-60. A. Tenenti, C. Vivanti,  Le  fi lm d’un grand système de navigation , pp. 83-86. U. Tucci, Sur la pratique vénitienne de la navigation , pp. 72-86. W.B. Watson, The Structure of the Florentine Galley Trade , pp. 1073-1091. 15  R. Beltrán (ed.),  El Victorial , pp. 39-48. P. Prétou,  Niño, don Pero , pp. 586-587.   NAVIGATION ATLANTIQUE DE TROIS GALÈRES CASTILLANES 737 A NUARIO   DE  E STUDIOS  M EDIEVALES , 44/2, julio-diciembre 2014, pp. 733-768ISSN 0066-5061, doi:10.3989/aem.2014.44.2.03 2.1. Les préparatifs de départ À en croire Gutierre Díaz, Pero Niño se borne à obéir aux ordres d’Henri III et ne semble pas prendre une part directe à l’armement des trois ga-lères dont le roi lui con fi e le commandement : il [le roi]  en hâte  fi t armer trois galères à Santander  (p. 206) 16  ;  Là il [P. Niño]  trouva les galères armées de bons marins et de rameurs, les meilleurs que l’on ait pu réunir  (p. 207). Le roi lui a fourni avant son départ de la cour les choses nécessaires très largement et comme il avait coutume de le faire : des armes, des arbalètes et beaucoup de couronnes. Il lui donna jusqu’à des arbalétriers de sa maison pour monter sur les galères  (p. 207). Henri III répond à la sollicitation de Charles VI de lui envoyer suivant les traités de fraternité qui existaient entre eux, des secours de galères, nefs et gens de guerre  (p. 206) 17 . L’aide militaire castillane, essen-tiellement navale, a pris des formes différentes : mise à disposition d’une fl otte royale pour un temps déterminé 18  ou envoi d’une armada  payée par le roi de France 19 . L’expédition conduite par Pero Niño relève du second cas. Henri III fournit trois galères armées et avitaillées au départ de la Castille et il facilite le recrutement des équipages, tant gens de mer qu’hommes d’armes, dont il paye la première solde. Son rôle s’arrête là, le roi de France assumant l’entre-tien de cette fl otte durant les opérations. La Chronique  ne livre aucun détail sur les engagements fi nanciers qui incombaient au roi de France 20 . Pero Niño prit sans doute une part plus active aux préparatifs que Gutierre Díaz ne le dit. À son départ de la cour Henri III l’avait pourvu de beaucoup de couronnes  (p. 207), vraisemblablement employées pour payer l’équipement des navires et/ou la première solde.Le choix de Santander comme base de départ est un fait conjonctu-rel : il [le roi] ordonna d’armer la  fl  otte à Séville. Mais comme les galères de Séville ne pouvaient arriver que tardivement à cause de la distance, il en  fi t armer trois à Santander  (p. 206). Le gros de la fl otte de galères stationnait à 16  A fi n d’alléger les notes les références sont indiquées dans le texte. Les numéros de pages renvoient à l’édition d’A. de Circourt et de Puymaigre, consultable en ligne : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1053820 [accés : 03/09/2011] 17  G. Daumet,  Étude sur l’alliance de la France et de la Castille . 18  L. Suárez,  Navegación y comercio en el Golfo de Vizcaya . Appendice, nº X, 12 juin 1388, fl otte conjointe de la Castille et de la France, payée à moitié. 19    Las Partidas  distinguent la  fl  ota , galères et nefs servant le roi sur le modèle de l’ost te-rrestre, de l’ armada , groupe de navires rassemblés pour l’occasion. 20  Fin 1405-début 1406, Pero Niño, qui “avait déjà dépensé l’argent qu’il avait emporté de Castille”, ne réussit pas se faire payer ses gages malgré ses protestations devant le conseil du roi de France. Il avait emprunté de l’argent à des marchands pour l’hivernage de ses galères (pp. 326-328). Faute de moyens fi nanciers, il ne put aider Charles de Savoisy qui se retira de l’expédition en 1406 (p. 387).
Related Search
Similar documents
View more
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x