Mise en place d’un dispositif technopédagogique favorisant l’encadrement et la supervision de 4000 stagiaires et enseignants associés de la Faculté des sciences de l’Université de Montréal. Rapport d’activité

Please download to get full document.

View again

All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
Share
Transcript
  Fonds de développement pédagogique CONCOURS CEFEES 2004-2005 Par : Thierry Karsenti , Colette Gervais, Michel Lepage, Stéphane Villeneuve, Michel WilliamsAvec la précieuse collaboration de l’Équipe de superviseurs de la Faculté des sciences de l’éducation Mise en place d’un dispositif technopédagogique favorisant l’encadrement et la supervisionde 4000 stagiaires et enseignants associés de la Faculté des sciences de l’éducation Rapport d’activité Novembre 2005  1 Ce rapport d’activité présente tout d’abordune description sommaire du projet (SectionII), suivie du contexte et de la problématiquequi nous ont amenés à mettre en place unetelle initiative (Section III). Sont ensuite présentés les 15 objectifs du projet (SectionIV), les membres de l’équipe (Section V), lescours et programmes concernés par le projet(Section VI), le nombre d’étudiants etd’acteurs concernés par le projet (SectionVII). La Section VIII est particulièrementintéressante puisqu’elle présente l’ensembledes objectifs du projet, en lien avec lesactions qui ont été mises de l’avant pour enassurer l’atteinte, dans un tableau synthèse.La Section IX montre en quoi le projetréalisé était en lien étroit avec les besoins denotre faculté, tandis que la Section X montreles liens entre le projet réalisé et la missiondu CEFES, voire celle de l’Université deMontréal.À l’Annexe I, on retrouve le signet réalisé pour faire la promotion du site des stages.À l’Annexe II, on retrouve un document de présentation du site des stages. À l’AnnexeIII, on présente le questionnaire auquel ontrépondu quelque 1000 stagiaires. L’annexeIV est quant à elle une présentationPowerPoint qui montre l’analyse des répon-ses des futurs enseignants au questionnaire. I. Introduction  2 Ce projet présenté au Fonds CEFES 2004-2005 visait la mise en place d’un dispositif technopédagogique favorisant l’encadrementet la supervision de 4000 stagiaires et ensei-gnants associés de la Faculté des sciences del’éducation (FSE). De façon plus précise,notre projet visait, d’une part, la mise en place d’un portail regroupant l’ensemble desressources inhérentes aux nombreux stagesofferts aux étudiants par la Faculté dessciences de l’éducation. D’autre part, nousvoulions réaliser des séances de formation pour tous les acteurs impliqués dans lesstages, de l’équipe professorale aux étu-diants, afin de nous assurer que tous maîtri-sent les outils technologiques mis à leur disposition. En dernier lieu, nous avonsétudié l’impact du dispositif que nous auronsmis en place afin de pouvoir faire des recom-mandations, tant à la Faculté des sciences del’éducation qu’aux autres unités confrontéesà la problématique des stages. Enfin, ilsemble important de souligner que notreinitiative représente un projet facultaire quiest ancré dans les priorités de la Faculté dessciences de l’éducation, et auquel ont parti-cipé une vaste équipe de professeurs, chargésde cours, et superviseurs (99), étudiants(2000) et enseignants associés (2000). Notre projet comportait 15 objectifs (présentés à lasection III) qui ont tous été atteints. II.Description sommaire du projet  3 La formation pratique (les stages) dans les programmes de baccalauréat d’enseignementdes universités du Québec occupe une placeimportante : quelque cent vingt jours destage dans les écoles répartis sur les quatreannées de formation permettent aux étu-diants de développer progressivement leurscompétences professionnelles dans leur  programme d’études. De l’observation àl’internat, en passant par l’habilitationdidactique et la prise en charge, le stage, communément appelé « formation pratique » ,engage les étudiants à fréquenter plusieursécoles tout au long de leur programmed’études.Si les stages occupent une si grande impor-tance à la Faculté des sciences de l’éduca-tion, c’est que pour le ministère de l’Éduca-tion du Québec, la conception d'un pro-gramme de formation à l'enseignement axésur le développement de compétences professionnelles se doit d’être ancrée dansdes lieux de pratique. Les stages dans lemilieu scolaire sont des occasions privilé-giées pour exercer les compétences encontexte réel et évaluer leur degré de pro-gression et d'acquisition. Il est donc, pour leministère de l’Éducation du Québec, indis- pensable que les établissements d'enseigne-ment fournissent aux étudiants des baccalau-réats en enseignement la possibilité de vivredes expériences dans les milieux de pratique. III.Contexte et problématique Les futurs maîtres peuvent alors avoir l'occasion de démontrer qu'ils ont les compé-tences requises pour exercer la profession.Pour ce faire, les universités peuvent engénéral compter sur la collaboration d’unréseau d’écoles associées qui s’étend sur unlarge territoire, ce qui permet aux étudiantsde bénéficier d’expériences pratiques dansdes milieux variés. Par exemple, d’untrimestre à l’autre, plusieurs stagiaires sont placés à d’importantes distances de la Fa-culté des sciences de l’éducation de l’Uni-versité de Montréal.Sur le plan de l’intégration des technologiesde l’information et de la communication(TIC), la pression du ministère de l’Éduca-tion du Québec est grande. Selon le minis-tère, les facultés d’éducation doivent faireface au déséquilibre qui existe entre la présence relativement discrète des technolo-gies de l’information et des communications(TIC) à l’école et la présence de plus en plusconsidérable des technologies de l’informa-tion et des communications dans la sociétéen général. Ainsi, pour le Gouvernement, ilserait fondamental que l’université, et plus particulièrement les facultés ou départementsde formation des maîtres, soient le lieu prépondérant de rapprochement de cettedisparité technologique. Dans ce contexte,tel que l’indique spécifiquement la réformede la formation à la profession enseignante,  4 il devient de plus en plus impératif dedémontrer le potentiel des TIC et de favori-ser leur appropriation par les futurs ensei-gnants, non pas dans le cadre de cours ponctuels et extrinsèques à leur formation,mais plutôt dans le cadre d’une approcheglobale qui touche l’ensemble de la forma-tion à la profession enseignante, et tout particulièrement les stages.C’est à partir de ce constat que nous avonsdécidé de soumettre cet important projet auFonds CEFES 2004-2005.L’évaluation d’une première expérienced’utilisation de certains moyens de commu-nication électronique (forum, groupe électro-nique de discussion) par les stagiaires dequelques superviseurs de stages en enseigne-ment au secondaire, l’an dernier à l’Univer-sité de Montréal, nous a permis de conclureaux apports réels de cette formule, quoiquela participation des superviseurs était limitéeà ceux du secondaire, mais aussi à ceux quiavaient une attitude très favorables par rapport à l’utilisation des technologies del’information et de la communication.Parmi les résultats que nous avons obtenus,mentionnons entre autres que cet outil, auxdires des stagiaires, a contribué à réduire leur isolement pendant le stage. Il leur a aussi permis de s’entraider dans la résolution de problèmes liés à leur pratique profession-nelle. Pour leur part, les superviseurs ont eul’impression d’un « séminaire » de stagecontinu par la poursuite des discussions toutau long du stage, pas seulement au momentdes rencontres de l’équipe. Ils ont particuliè-rement apprécié les discussions de niveau professionnel entre stagiaires et ont eu lesentiment de mieux les connaître, ce qui les aaidés dans leur tâche de supervision.Par le projet que nous soumettons au FondsCEFES 2004-2005, nous désirons, cetteannée, à la Faculté des sciences de l’éduca-tion de l’Université de Montréal, généraliser cette utilisation des TIC dans les stages àl’ensemble des 2000 stagiaires. Nous nous y prendrons par une panoplie de moyensd’accompagnement (décrits ultérieurement),notamment par plusieurs moyens de commu-nication électronique, dont la visioconfé-rence dont nous espérons tester l’efficacitéavec un groupe restreint de stagiaires.L’utilisation systématique des moyens decommunication électroniques dans la forma-tion pratique nous apparaît une façon decontribuer au développement des compéten-ces technologiques des étudiants en forma-tion à l’enseignement.
Related Search
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x