L'Intention Entrepreneuriale : Revue de Littérature & Thématiques d'Analyses

Please download to get full document.

View again

All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
 5
 
  L'analyse du processus de création d'entreprise suscite l'évocation du concept central au sein de ce processus ; l'intention entrepreneuriale. La présente recherche vise à cerner la notion d'intention entrepreneuriale en se
Share
Transcript
    L‘Intention Entrepreneuriale :   Revue de Littérature & Thématiques d‘Analyses   Maroua ZINEELABIDINE 1 , Mohammed Saber HASSAINATE 2 , Mohammed Said HAMMOUCHI 3 1  Laboratoire des Sciences de Gestion, Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Agdal, Rabat, Maroc. 2    Laboratoire des Sciences de Gestion, Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Agdal, Rabat, Maroc. 3   Laboratoire Entrepreneuriat, Faculté des Sciences Juridiques, Economiques et Sociales Kenitra, Maroc.   1 maroua.zineelabidine.encg@gmail.com 2 hassainate@gmail.com  3 m.s.hammouchi@gmail.com  Résumé  —    L’analyse  du processus de création d’entreprise   suscite l’évocation du concept central au sein de ce processus ; l’intention en trepreneuriale. La présente recherche vise à cerner la notion d’intention entrepreneuriale en se positionnant en amont de ce processus et en analysant les facteurs explicatifs de cette intention. La méthodologie de recherche de ce travail s’inscrit dans l’exploration théorique. En dressant cet état de l’art, nous constatons que pour délimiter la notion de l’intention entrepreneuriale, il est impératif de considérer ce domaine de recherche comme un sujet à part entière puisqu’il regroupe plusieurs champs thématiques. Pour ce faire, une démarche pluridisciplinaire a été adaptée consistant à rassembler les travaux antérieurs de ce champ pour ensuite les regrouper en cinq catégories essentiels. Une analyse des catégories semble également nécessaire pour identifier les thèmes spécifiques dans chacune d’elles.  Mots clés : entrepreneuriat, processus entrepreneurial, intention entrepreneuriale, formation de l’intention, programme d’éducation à l’entrepreneuriat, création d’entreprise, analyse thématique. I- INTRODUCTION : Le développement de l‘esprit entrepreneurial, de la créativité et de l‘innovation représente un enjeu majeur de la croissance économique surtout pour les pays en voie de développement. L‘ensemble des acteurs économiques encouragent la promotion de l‘entrepreneuriat vu son importance à évoluer le système économique libéral ainsi qu‘à stimuler l‘activité économique d‘un pays.   Si un pays veut être compétitif, il doit veiller à ce qu‘un grand nombre de sa population soit sensibilisé à l‘esprit entrepreneurial. Ce dernier est considéré comme le facteur déterminant de la création des entreprises, des emplois, de l‘augmentation de la compétitivité et de la restructuration du tissu économique ainsi que la lutte contre la pauvreté. L‘entrepreneur est un ac teur indispensable dans le développement socio- économique qui contribue à l‘innovation et la mise en œuvre de nouvelles stratégies, il est considéré comme un individu ayant des qualités distinctes (une personne innovatrice, créatrice et opportuniste qui aime relever des défis et prendre des risques). La recherche académique dans le domaine de l‘entrepreneuriat avance à grands pas, notamment dans les pays anglo-saxons. De nombreuses études se sont intéressées à expliquer le phénomène entrepreneurial, à travers l‘identification des facteurs prédicateurs de l‘acte d‘entreprendre ou bien à travers l‘explication des approches processuelles du phénomène entrepreneurial (identification d‘opportunité, émergence organisationnelle, vision entrepreneuriale, projet d‘entreprendre, etc.).  A cet égard, et vu son caractère médiateur entre les variables exogènes et l‘acte de création, la phase intentionnelle du processus entrepreneurial mérite qu‘on s‘y intéresse davantage. En effet, étudier l‘intention dans une perspe ctive entrepreneuriale semble une bonne stratégie de recherche. La quasi- totalité des chercheurs qui s‘intéressent à la création d‘entreprise s‘accorde à dire que l‘intention constitue un élément important dans le processus entrepreneurial. Ainsi, Krueger et al, (2000) ; Tounès, (2003) ; Kolvereid et Isaksen, (2006) affirment tous que la création d‘entreprise correspond à un processus intentionnel. De plus, Krueger et Carsrud (1993) stipule que l‘étude d‘un futur comportement de création d‘entreprise est indissociable de l‘intention qui anime l‘individu quant à la manifestation de ce comportement.  De ce fait, l‘approche  intentionnelle représente une approche plurielle regroupant les problèmes de l‘entrepreneuriat en quatre principales dimensions : process us, acteur, environnement et création d‘entreprise. Elle représente le carrefour des différentes approches du champ entrepreneurial permettant de décrire en profondeur le  phénomène de l‘acte entrepreneurial et ses antécédents pour essayer de le comprendre et de l‘expliquer.  Par ailleurs, une revue de littérature exhaustive sur l‘intention entrepreneuriale semble nécessaire pour rassembler les principales théories du phénomène en mettant en évidence les variables intermédiaires explicatives de l‘acte entrepreneurial. Copyright IPCO-2018 ISSN 2356-5608   6 me  Conférence Internationale en Economie-Gestion & Commerce International ( EGCI -2018) Page 251   Copyright IPCO-2018 ISSN 2356-5608 International Journal of Business & Economic Strategy (IJBES) Vol.9 pp.7-22    Ceci dit, il s‘avère essentiel d‘explorer théoriquement le concept de l‘intention issue des recherches en psychologie sociale, en mettant en œuvre les apports des auteurs   concernant les différents modèles de l‘intention entrepreneuriale à travers des antécédents prenant un aspect cognitif. L‘objectif principal de cet article est d‘identifier les travaux de recherches antérieures sur l‘intention entrepreneuriale et de les classer en sous-domaines de spécialisation pour offrir une image plus claire et introduire de nouvelles voies et  perspectives au champ de l‘intention entrepreneuriale.  II.   METHODE DE RECHERCHE Tant en français qu‘en anglais, la notion d‘«intention » désigne l‘action volontaire, par laquelle, l‘individu décide d‘agir et d‘atteindre un et des objectifs fixés à l‘avance. En psychologie le terme « intention » désigne une opération de l‘esprit qui se propose un but, des objets ou des choses voulues (Blay, 2003 ; Lalande, 1993). De plus, le concept de l‘intention est considéré com me une volonté individuelle qui s‘inscrit dans un processus cognitif (Stevenson et Jarillo, 1990 ; Bygrave et Hofer, 1991 ; Verstraete, 2001) et qui dépend des contextes socioculturels et économiques (Tounès, 2003). De plus, Ajzen, (1991), à son tour, défi nit l‘intention comme un indicateur de volonté et un ensemble d‘efforts dont on est prêt à fournir pour passer à l‘acte d‘entreprendre ou encore une motivation qui entraîne l‘« effet de l‘action ».   Au cours des dernières années, le concept d‘intention a f  ait l‘objet de plusieurs travaux de recherche pour identifier et comprendre les facteurs psychologiques permettant de prédire les comportements sociaux. Ces travaux ont contribués à valider l‘application des différentes théories psychosociales, telles que la théorie de l‘action raisonnée (Ajzen et Fishbein, 1980), la théorie des comportements interpersonnels (Triandis, 1980), la théorie sociale cognitive (Bandura, 1982), et la théorie du comportement planifié (Ajzen, 1985, 1988, 1991). D‘un autre côté, les recherches sur l‘intention prennent également une ampleur dans le champ de l‘entrepreneuriat. Il semble nécessaire, de montrer que les théories susmentionnées  pour l‘étude des comportements sociaux sont applicables à la recherche entrepreneuriale puisqu‘ on obtient des résultats statistiquement significatifs. Krueger et Carsrud (1993) sont les pionniers à avoir mis en pratique la théorie d‘Ajzen, (1991) dans l‘analyse de l‘intention entrepreneuriale ; dont le but principal est de montrer que même si cette théorie a fait ses preuves en psychologie social pour prédire divers comportements, elle pouvait en faire autant pour prédire le comportement entrepreneurial. Par ailleurs, cette contribution s‘inscrit dans l‘exploration théorique en réalisant un état des lieux du concept de l‘intention entrepreneuriale. Malgré le grand nombre de  publications et leurs diversités, l‘apport de cet article se manifeste dans la répartition de ce domaine de recherche en cinq groupes essentiels à savoir :    Groupe 1 : Modèl e d‘intention entrepreneuriale de base ;     Groupe 2 : Influence des variables personnelles ;     Groupe 3 : Education à l‘entrepreneuriat ;     Groupe 4 : Le rôle du contexte et des institutions ;     Groupe 5 : Le processus entrepreneurial et le lien intention-comportement.   Pour ce faire, nous avons exploré les travaux antérieurs du champ de l‘intention entrepreneuriale et spécialement les articles ayant une réputation dans la communauté académique et qui ont été publiés dans plusieurs journaux scientifiques anglophones. Cette liste ne prenant pas en compte la recherche francophone, nous avons intégré les deux revues francophones reconnues pour la recherche en innovation et entrepreneuriat : la Revue de l‘Entrepreneuriat et la Revue Internationale PME.  Dans un premier temps, ces articles ont été analysés et classés en groupe thématiques en fonction des similarités de contenu (Kraus et al, 2014, Xi et al, 2013) et dans un deuxième lieu, une analyse thématique est réalisée pour identifier les thèmes spécifiques dans chaque catégorie. La recherche des articles a été effectuée dans plusieurs opérateurs de recherche : « Google Scholar, Science direct et Scopus » sur base des mots clés suivants : « intention», « entrepreneur » en association avec « motivation », « action », « décision », « volonté » et « comportement ». III.   REVUE DE LITTERATURE Le champ de recherche en entrepreneuriat a connu un fort dynamisme ces trois dernières décennies. Ce dynamisme s‘explique, entre autres, par la prise en compte de l‘individu entrepreneur, en tant que personne ayant des valeurs distinctes (un individu innovateur, créatif et opportuniste qui aime relever des défis et prendre des risques).  A.   Vue d‟ensemble   A la fin des années 1980, de nombreuses recherches ont été menés pour déterminer le pr ofil type d‘un entrepreneur en mettant en avant les facteurs psychologiques, les caractéristiques et les traits de personnalité qui ont été considéré comme les seuls facteurs déterminants de la réussite ou l‘échec d‘une entreprise nouvellement créée ; et c e dans le cadre d‘une approche dite descriptive (Mc Clelland, 1961 ; Brockhaus et Horwitz, 1986 ; Gartner, 1988 ; Stevenson et Jarillo, 1990 ; Shaver et Scott, 1991). Les critiques soulevées à l‘égard de cette approche ont été très nombreuses. Il s‘avère difficile voire impossible de trouver chez un individu toutes les qualités qu‘on lui a attribué pour réussir (Vesper, 1985 ; Gotner, 1990 ; Fonrouge, 2002 ; Bayad, Boughattas et Schmitt, 2006, 2007). Plusieurs auteurs affirment également que les traits de personnalité, les caractéristiques psychologiques et les motivations ne discernent pas les entrepreneurs qui réussissent de ceux qui échouent (Sexton et Bowman, 1985 ; Brockhaus et Horwitz, 1986 ; Stevenson et Jarillo, 1990 ; Baron, 1998 ; Lorrain et Dussault, 1998). Copyright IPCO-2018 ISSN 2356-5608   6 me  Conférence Internationale en Economie-Gestion & Commerce International ( EGCI -2018) Page 252   Copyright IPCO-2018 ISSN 2356-5608 International Journal of Business & Economic Strategy (IJBES) Vol.9 pp.7-22   Dans les années 1990, les recherches ont pris une nouvelle orientation pour juger l‘efficacité des entrepreneurs, ces derniers sont distingués par leurs actions et leurs comportements plutôt que par leurs traits personnels, et ce dans ce cadre que l‘approche comportementaliste a ainsi vu le  jour (Verstraete, 1999 ; Schmitt, 2003). Cette approche suggère que les compétences cumulatives  par un processus d‘apprentissage dynamique et évolutif sont constituées les meilleurs prédicteurs de la performance des entrepreneurs (Chandler et Jansen, 1992 ; Herron et Robinson, 1993). Cette posture mobilisée permet d‘appréhender la voie comportementaliste qui se focalise sur la question du développement des compétences entrepreneuriales requises tout au long du processus entrepreneurial. Par la suite, le phénomène entrepreneurial n‘est plus centré sur les caractéristiques psychologiques et les traits de personnalité des entrepreneurs (approche descriptive) ou à des comportements (approche comportementale) mais il a changé d‘orientation pour s‘intéresser désormais à l‘approche processuelle entrepreneuriale (Carter, Gartner et Reynolds, 1996). L‘approche processuelle est une approche dynamique qui s‘intéresse aux phénomènes en évolution, il privilégie une vision  plus large de l‘entrepreneuriat contrairement à l‘approche descriptive et comportementale. Elle offre une modélisation plus intégrée des aspects personnel, social, économique et culturel (Battistelli, 2001 ; Shane, 2003), de plus il tient compte de toutes ces dimensions pour expliquer la dynamique personnelle favorisant la structuration, la maturation et la réalisation d‘un  projet de création d‘entreprise.   «   Si l‘approche descriptive cherche à comprendre le rôle de l‘entrepreneur dans l‘économie et la   société, si l‘approche comportementale explique les actes et les comportements des entrepreneurs en les situant dans leurs contextes spécifiques, la démarche processuelle a pour objet d‘analyser dans une perspective temporelle et contingente, les variables personnelles et environnementales qui favorisent ou inhibent l‘esprit d‘entreprise, les actes et les comportements entrepreneuriaux» (Tounés, 2003).    Effectuation : Une nouvelle approche d‘entreprendre   La recherche en entrepreneuriat s‘est longtemps int éressée aux attributs psychologiques pour expliquer le comportement de création d‘entreprise, qui est considéré comme étant un processus réel, linéaire, rationnel et téléologique de développement d‘opportunités (Ardichvili, Cardozo, Ray, 2003). Une nouvel le approche nommée « l‘effectuation » a émergé  partant d‘une idée que les entrepreneurs ne connaissent souvent ni les alternatives possibles, ni leurs probabilités d‘occurrence, et prennent des décisions sans que l‘objectif ne soient clairement définis, le choix des idées est irrationnel, aucune étude de faisabilité et de marché n‘a été établie. Les entrepreneurs s‘appuient sur ce qui se trouve à leur portée (leur personnalité, leur réseau de contact et leur connaissance), ils ne rédigent pas de business pl an et ils ne s‘intéressent pas à   d‘étude de l‘environnement, qui est caractérisé par l‘incertitude et l‘ambiguïté (Sarasvathy, 2008). Cependant, les entrepreneurs se retrouvent face à des limites cognitives et intellectuelles, une véritable contrain te pour l‘identification et la sélection de l‘information pertinente.   Cette approche porte sur une nouvelle logique de l‘action entrepreneuriale « l‘effectuation » qui inverse la logique rationnelle appelée « Causale » et qui repose sur le paradigme de création, qui consiste à partir des moyens disponibles à générer des effets, qui ne s‘avèrent pas être des buts en soi, mais des étapes intermédiaires possibles en fonction des ressources existantes. A contrario, la logique « causale » repose sur le paradigm e du choix, il part d‘un but prédéterminé et définit la problématique entant que choix d‘une trajectoire optimale pour atteindre ce but. Les principes de la logique « causale » et « effectuale » sont résumés dans le tableau ci-après : TABLE 1 LES P RINCIPAUX DES L OGIQUES « E FFECTUALE » et « C AUSALE » 1 Logique d’action :  Effectuation Causation Sous construits Fondement de Les ressources Les objectifs à l’action   disponibles atteindre Critère de décision Un niveau de pertes Un objectif de des options acceptables rentabilité Stratégies / Acteurs Stratégies Stratégies externes d‘alliances   concurrentielles Stratégie / L‘exploitation   L‘élimination de   Contingences d‘évènements  contingences inattendus Stratégie / Futur Contrôle Prévision Le processus classique « causal » suppose qu‘à partir d‘un objectif prédéterminé, l‘entrepreneur réalise une série d‘études de marché et d‘analyses concurrentielles destinées à l‘élaboration d‘un Business Plan, qui va servir d‘outil pour acquérir les ressources et partenaires nécessaires à sa mise en œuvre (Read, Sarasvathy, Song, Wiltbank, 2009).  Par contre, le processus effectual repose sur un ensemble des étapes guidant les actions des effectuateurs dans un environnement marqué par l‘incertitude et l‘ambiguïté. L‘action se fon d non pas sur des objectifs préexistants, mais sur les ressources qui sont à leur disposition. 1   Source : Adapté de Sarasvathy, kotha (2001 ; 8) et de Dew, Read, Sarasvathy, wiltbank (2009 ; 290)   Copyright IPCO-2018 ISSN 2356-5608   6 me  Conférence Internationale en Economie-Gestion & Commerce International ( EGCI -2018) Page 253   Copyright IPCO-2018 ISSN 2356-5608 International Journal of Business & Economic Strategy (IJBES) Vol.9 pp.7-22      Limites et nouvelles perspectives : accorde à l‘opinion et aux réactions de son entourage proche   quant à l‘adoption du dit comportement. S‘inspirant de cette  Malgré les différentes approches processuelles précitées ci- théorie, Ajzen (1991) a prolongé cette dernière, en y ajoutant dessus, que ce soit celle « causale » ou bien «effectuale» ; qui une variable complémentaire : le contrôle comportemental ont été mises en exergue pour comprendre l‘acte   perçu. entrepreneurial, ce dernier reste un phénomène complexe à En d‘autres termes, la théorie du comportement planifié  analyser et à appréhender Hernandez, (1999)  puisqu‘il   est constitue l‘extension de la théorie de l‘action raisonnée   influencé par plusieurs facteurs (psychologiques, culturels, proposée par Ajzen et Fischbein (1980), dont l‘intérêt  est économiques, politiques et sociaux) Gartner, (1988) et d‘expliquer que tous les comportements ne sont pas  percevable par des variables personnelles comme la motivation, complètement sous le contrôle de la volition mais le degré de la perception, l‘aptitude, et le comportement.  connaissance et de contrôle que tout individu possède de ses S‘ouvrir sur d e nouvelles pistes de recherches semble aptitudes en plus des ressources semblent nécessaires pour nécessaire pour prédire le comportement entrepreneurial. Pour déclencher le comportement désiré. ce faire, une majorité des chercheurs qui s‘intéressent  à ce Pour l‘auteur, l‘intention traduit l‘intensité avec laquelle un  phénomène, se sont orientés vers l‘analyse du  processus individu est prêt à essayer, le niveau d‘effort qu‘il prévoit  cognitif intentionnel, un processus qui vient en amont de celui investir pour adopter un comportement (Ajzen, 1991). Ainsi, de l‘acte entrepreneurial, et qui porte des éléments de réponse    plus l‘intention d‘adopter un comportement est forte, plus ce  à des problématiques non résolu par les approches dernier ne se doit d‘être  concrétisé. La théorie du entrepreneuriales précitées. L‘approche intentionnelle est une   comportement postule que l‘intention prédit le comportement   approche plurielle regroupant les problèmes de  par l‘intermédiaire de trois variables à savoir :   l‘entrepreneuriat en quatre principales dimensions : processus,     L‟attitude (les facteurs psychologiques) : Il s‘agit de   acteur, environnement et création d‘entreprise.   l‘évaluation faite par l‘individu du comportement  Par ailleurs, les études réalisées sur l‘intention  souhaité ou envisagé. Elles varient en fonction des entrepreneuriale sont multidisciplinaires mais elles manquent résultats et des conséquences anticipés du de catégorisation. L‘apport de cette section se manifeste dans  comportement en question. le rassemblement des travaux antérieurs du domaine de   Les normes subjectives (les facteurs socioculturels) : l‘intention entrepreneuriale pour ensuite les regrouper en sous - Elles réfèrent à la pression sociale que subit catégories, dans l‘intention d‘identifier les principaux thèmes   l‘in dividu. Par exemple, elles peuvent se traduire par de la littérature et d‘offrir une image plus claire à ce champ de  les aspirations qu‘ont la famille  et les amis par recherche. rapport au choix de carrière d‘un individu.    B. Ancrage théorique La recherche académique dans le domaine de l‘entrepreneuriat est intéressée à expliquer ce phénomène, à   travers l‘explication des approches processuelles entrepreneuriales (identification d‘o pportunité, émergence organisationnelle, vision entrepreneuriale, projet d‘entreprendre, etc.) ou bien à travers l‘identification des facteurs prédicateurs de l‘acte d‘entreprendre.  A cet effet, nombreuses sont les études qui postulent que l‘intention en trepreneuriale est le prédicteur quasi absolu et la variable la plus fiable pour expliquer un comportement entrepreneurial. Par ailleurs, la compréhension du concept de l‘«intention» repose essentiellement sur les contributions de l‘école de la psychologie  sociale et sur les apports de recherches en entrepreneuriat afin de prédire le comportement de création d‘entreprise.   Tous les chercheurs qui s‘interrogent sur le comportement intentionnel, tiennent compte des aspects cognitifs de l‘individu. A partir de cette réflexion, deux modèles principaux de la psychologie sociale ont été émergé dans la littérature de l‘entrepreneuriat : Le modèle de l‘action raisonnée (Ajzen, Fischbein ; 1980) et le modèle du comportement planifié (Ajzen, 1991). La théorie de l‘ action raisonnée (Ajzen, Fischbein ; 1980) stipule que l‘intention est déterminée par l‘attitude d‘une  personne à l‘égard du comportement et l‘importance qu‘elle   Copyright IPCO-2018 ISSN 2356-5608   6 me  Conférence Internationale en Economie-Gestion & Commerce International ( EGCI -2018) Page 254   Copyright IPCO-2018 ISSN 2356-5608 International Journal of Business & Economic Strategy (IJBES) Vol.9 pp.7-22      Le   contrôle   comportemental (les    facteurs contextuels) : il représente le degré de connaissance   et de contrôle que tout individu possède de ses aptitudes en plus des ressources nécessaires pour déclencher le comportement désiré. La principale nouveauté de la théorie du comportement planifié d‘Ajzen (1991), par rapport au modèle de l‘action raisonnée (Ajzen, Fischbein ; 1980). Par ailleurs, une autre théorie a émergé dans la littérature pour expliquer le phénomène entrepreneurial ; la théorie de l‘évènement entrepreneurial (Shapero et Sokol, 1982) qui stipule que la décision d‘entreprendre d‘un individu repose essentiellement sur l‘agissement en parallèle de deux éléments à savoir : Faisabilité perçue  Intention Création d‘entreprise  Désirabilité perçue Fig. 1 Modèle de Shapero et Sokol 2 2  Source : Shapero et Sokol (1982) Copyright IPCO-2018 ISSN 2356-5608   6 me  Conférence Internationale en Economie-Gestion & Commerce International ( EGCI -2018) Page 255   Copyright IPCO-2018 ISSN 2356-5608 International Journal of Business & Economic Strategy (IJBES) Vol.9 pp.7-22
Related Search
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x