Affectivité et alexithymie : deux dimensions explicatives des relations entre symptômes dépressifs et anxieux

Please download to get full document.

View again

All materials on our website are shared by users. If you have any questions about copyright issues, please report us to resolve them. We are always happy to assist you.
 8
 
  Affectivité et alexithymie : deux dimensions explicatives des relations entre symptômes dépressifs et anxieux
Share
Transcript
  L’Encéphale(2012) 38 ,187—193 Disponibleenlignesurwww.sciencedirect.com journalh   omepage:www.em-consulte.com/produit/ENCEP MÉMOIREORIGINAL Affectivité   et   alexithymie   :   deux   dimensionsexplicatives   des   relations   entre   symptômesdépressifs   et   anxieux  Affectivity    and    alexithymia:   Two   dimensions   explicative   of    therelationship   between   anxiety    and    depressive   symptoms A.Bonnet a , ∗ ,   V.Bréjard b ,   A.   Pasquier a ,   J.-L.   Pedinielli a a EA   3278,   laboratoire   de    psychopathologie   clinique   et    psychanalyse,   UFR    psychologie,   université   de   Provence,   13331   Marseillecedex03,   France b EA   3273,   laboratoire    psyCLE,   UFR    psychologie,   université   deProvence,   13100     Aix-en-Provence,   France Rec¸ule   15   f´evrier   2010   ;   accepté   le   6d´ecembre   2010Disponible   sur   Internet   le   7   octobre   2011 MOTS   CLÉS Dimensionsémotionnelles   ;Alexithymie   ;Vulnérabilité   ;Anxiété   ;Dépression Résumé   L’objectif   de   cette   étude   était   de   dégager   l’existence   d’un   « noyaucommun   de   vul-nérabilitéémotionnelle   »  opérant   dans   l’anxiété   et   la   dépression   et   de   préciser   les   dimensionsémotionnelles   spécifiques   à   chacune.   Nous   avons   recruté   317sujets   étudiants.   Ils   ont   rempliunprotocole   permettant   d’évaluer   par   des   échelles   d’autoévaluation   les   symptomatologiesdépressive   et   anxieuse   (SCLR-90),   l’affectivité   (EPN-31)   et   l’alexithymie   (TAS-20).   Les   résultatsmontrentque   l’affectivité   négative   et   la   difficulté   à   identifier   les   émotions   représentent   desfacteurs   communs   de   vulnérabilité   à   l’anxiété   et   à   la   dépression   ;   en   revanche,   ces   deux   sympto-matologiesse   distinguent   par   la   mise   en   évidence   d’éléments   spécifiques   à   chacune.   On   observeainsiune   faible   affectivité   positive   dans   la   dépression   et   une   forte   activation   dans   l’anxiété,résultats   qui   confirment   des   travaux   antérieurs   de   la   littérature.   Une   particularité   réside   dans   lerôlejoué   dans   la   dépression   par   la   pensée   orientée   vers   l’extérieur   (PEO),   dimension   opératoiredel’alexithymie.   Les   limites   de   l’étude   et   les   ouvertures   possibles   sontdiscutées.©L’Encéphale,   Paris,   2011. KEYWORDS Affective   dimensions;Alexithymia;Emotionalvulnerability; Summary Objectives.   —   The   main   objective   of   this   study   was   to   support   the   existence   of   emotionaldimensions   common   to   anxiety   and   depressive   symptomatology,   and   confirm   thecommonelements   of   emotional   vulnerability,   characterized   by   negative   affectivity   and   alexithymia.Thesecond   objective   of   this   study   was   the   identification   of   characteristics   specific   to   eachdisorder.We   made   three   assumptions:   there   isasignificant   relationship   between   anxiety   and ∗ Auteurcorrespondant.UniversitédeProvence,29,avenueSchuman,13621Aix-en-Provencecedex1,France.  Adressee-mail: agnes.bonnet@univ-provence.fr(A.Bonnet).0013-7006/$—seefrontmatter©   L’Encéphale,Paris,2011.doi:10.1016/j.encep.2011.03.006  188   A.   Bonnet   et   al.Anxiety;Depression depressive   symptoms,   exists   on   community   processes   between   these   twoentities,   objectifiedbythe   sub   dimensions   of   negative   affectivity   and   the   difficulty   in   identifying   emotions   certaindimensionsare   specific   to   each   disorder. Method.   — The   study   participants   were   students   from   1stto   4th   year   of   theUniversity   of   Pro-vence.The   sample   consisted   of   317   subjects   (77%   female   and   23%   male;   mean   age   =20,   61   ± 1.55years),whogave   written   informed   consent   and   completed   questionnaires   collectively.   We   admi-nistereda   protocol   to   the   subjects   consisting   of   three   self-assessment   scales   to   assess   emotionaldimensionsand   anxiety   and   depressive   symptomatology.   The   dimensions   of   affectivity   wereassessedbythe   EPN-31.   It   consists   of   31   items   grouped   into   three   factors:   positive   emotions,negativeemotions   and   feelings   of   surprise.   The   emotional   functioning   was   assessed   by   thescaleof   the   Twenty-item   Toronto   Alexithymia   Scale   (TAS-20).   It   allows   an   overall   assessmentofthe   level   of   alexithymia,   as   well   as   three   dimensions   as   represented   by   specific   sub   scales:difficultyidentifying   emotions   (DIE),   difficulty   differentiating   emotions   (DDE),   and   externallyorientedthinking   (EOT).   This   scale   ismost   used   inthe   assessment   of   alexithymia.   The   anxietyanddepressive   symptoms   were   assessed   by   the   subscale   of   anxiety   and   depression   of   the   SCL90-R.This   scale   iswidely   used   inscreening   for   psychiatric   symptoms,   and   hasbeen   validatedinternationally.   Statistical   analysis:   we   performed   descriptive   analysis,   correlational   analysis(Bravais-Pearson’s   correlation)   and   hierarchical   multiple   regression   using   SPSS   15   software. Results.— The   results   validate   our   assumptions,   showing   thatwomen   aremore   anxious(M=   6.68   ±   6.20   ; P  =   0.02)   and   more   depressed   (M   =   10.61   ± 8.73   ;   P  =   0.01)   than   men(mean—anxiety   =4.77   ±   4.97   ;mean—depression—6   =   7.75   ;   53).   They   also   have   more‘‘difficulty’’   identifying   feelings   (M   =17.92   ±   5.95,   P  =   0.01)   than   men   (m   =15.65   ± 6.00).Theanalysis   of   relationships   between   the   different   variables   shows   theexistence   of   severalsignificant   connections.   Among   them   we   find   a   strong   positive   correlation   ( r    >   .50   ;   P    =0.01)betweenanxiety   and   depression.   Moreover,   these   two   symptoms   maintain   strong   relationships( r  >   .50;   P  =0.01)   with   negative   affectivity,   moderate   and   negative   with   positive   affectivity( r  >   .30;   P    =0.01),   and   moderate   andlow   with   emotional   activation   ( r    >.10;   P    =   0.01).   Therearealso   significant   relationships   between   affective   symptoms   and   emotional   dimensions   ofalexithymia:   difficulty   identifying   feelings   ( r    >   .40;   P    =   0.01)   and   difficulty   describing   emotions( r  >   .20;   P    =   0.01).   Finally,   the   regression   analysis   shows,   for   the   anxiety   factor,   which   onlycontribute   significantly   following   dimensions:   gender,   negative   affectivity,   emotional   activationandthe   twosub   dimensions   of   alexithymia   ‘‘difficulty   identifying   feelings’’   and   ‘‘externallyoriented   thoughts’’,   which   explain   43%   of   the   variance   inscores   ( R 2 =   .43,   P    =   0.0001).   Depres-sionshares   with   the   following   dimensions:   gender,   negative   affectivity,   difficulty   in   identifyingemotions,and   includes   a   specific   dimension,   positive   affectivity.   This   model   explains   51%   ofthevariance   ( R 2 =.   51,   P    =0.0001).   However,   the   lack   of   contribution   of   emotional   activationand‘‘externally   oriented   thoughts’’   must   be   emphasized. Discussion.   —   Our   study   reveals   the   existence   of   a   ‘‘common   nucleus   of   vulnerability’’   characte-rized   by   negative   affectivity   associated   with   difficulty   identifying   emotions.   Specific   dimensionsnevertheless   appear   to   exist,   and   depression   is   strongly   explained   by   low   positive   affect   (anhe-doniadimension);   anxiety   associated   specifically   to   emotional   activation   and   finally   thoughtoutward,marking   the   size   limitation.   The   imaginary   life   in   alexithymia,   appears   to   operate   indepression,   perhaps   as   a   mechanism   of   emotional   repression.   The   involvement   of   alexithymiainthe   functioning   of   theaffective   disorder   isconfirmed,   this   helps   to   clarify   the   modalities   oftherapeutic   care   that   we   offer.©L’Encéphale,   Paris,   2011. Introduction Les   jeunes   adultes   constituent   actuellement   une   popula-tion   particulière   étudiée   enpsychopathologie   ;   lasantémentale   de   jeunes   devient   une   réalité   clinique.   Parmi   lessymptômes   lesplus   fréquemment   observés,   on   retrouvela   dépression   et   les   symptômes   anxieux,   d’ailleurs   fré-quemment   associés.   L’anxiété   etla   dépression   sont   desmanifestations   psychopathologiques   qui   marquent   par   leurprévalence   dans   la   population   générale   ;   surune   périodedéterminée,   leurs   prévalences   respectives   sont   estiméesà   2   %   pour   lestroubles   anxieux   généralisés,   entre   6   et   8   %pour   la   dépression   [22]   ;   plus   avant,   lacomorbidité   entreanxiété   et   dépression   selon   le   trouble   primaire   apu   êtreobservée   entre   26   et38   %   [5].   Ces   deux   types   de   symptômesreprésentent   des   facteurs   de   détresse   émotionnelle,   pou-vant   être   mis   en   relation   avec   d’autres   troubles,   telles   quelesconduites   addictives   [3].   Uneétude   de   2003   rapporteque   l’anxiété   est   un   étatpathologique   très   répandu   dansla   société   actuelle   ;   il   représente,   enoutre,   un   facteurde   risque   de   la   dépression   et   desconduites   addictives.Il   faut   noter   que   laprésence   de   telles   symptomatologies  Affectivité   et   alexithymie   189ne   donne   pas   nécessairement   lieu   à   une   démarche   thé-rapeutique   (psychologique,   psychiatrique)   de   la   part   desindividus   ou   encore,   àune   prise   encharge   efficace[33].L’anxiété   se   définit   comme   un   état   émotionnel   mar-qué   par   la   perception   imminente   d’un   danger,   une   attituded’attente   devant   celui-ci   etun   sentiment   de   désorgani-sation   lié   à   la   conscience   d’une   impuissance   totale   enface   de   ce   danger   [34].   On   qualifie   l’anxiété   commela   facette   psychique   de   l’angoisse   ;   elle   aussi   considéréecomme   le   principal   symptôme   associé   de   la   dépression.   Ladépression   peut   être   considérée   comme   un   symptôme   psy-chopathologique   consécutif   àdes   facteurs   de   vulnérabilité(tempérament,   dysfonctionnement   cognitif,   personnalitépathologique,   dysfonctionnements   biologiques).   Elle   peutégalement   être   considérée   comme   un   processus   ;en   tantque   telle,   elle   définirait   unmode   de   fonctionnement   déter-miné.   Ainsi,   des   symptômes   « nondépressifs   » pourraientêtre   considérés   comme   conséquences   d’une   lutte   contre   ladépression   sous-jacente.   Ladépression   constituerait   unfac-teur   prédictif   de   l’engagement   dans   des   conduites   àrisques,et   notamment   dans   l’abus   de   substances   ou   la   sexualité   àrisques   [2]   ;   toutefois,   ces   travaux   (chez   l’adolescent)   nepermettent   pas   de   préciser   si   le   trouble   dépressif   était   anté-rieur   aux   conduites   àrisques,   comorbide   ou   secondaire   àcelui-ci. Modèlespsychopathologiques   explicatifs   del’anxiété   etde   ladépression Afin   de   mieux   comprendre   lesrelations   entre   pathologiesanxieuses   et   dépressives,   différentes   propositions   ont   étéformulées,   privilégiant   le   fonctionnement   biochimique,   lapersonnalité,   ou   encore   la   recherche   de   dysfonctionnementsémotionnels.   D’un   point   de   vue   psychopathologique,   deuxtendances   semblent   sedégager   :l’une   visant   à   explorerl’hypothèse   d’une   vulnérabilité   entermes   de   dimensionsspécifiques   de   la   personnalité,   l’autre   privilégiant   une   ana-lyse   processuelle   des   troubles   de   la   régulation   des   émotions.La   première   approche   considère   qu’ilexistedeux   grandesdimensions   de   personnalité   touchant   le   fonctionnementémotionnel   :   l’affectivité   négative   et   l’affectivité   posi-tive   renvoient   àl’existence   d’une   disposition   émotionnelle(caractéristique   stable   de   la   personnalité)   sous-tendantle   fonctionnement   émotionnel   d’un   sujet.   Cette   notionrend   compte   de   lapropension   d’un   individu   à   expérimen-ter   de   manière   privilégiée   desaffects   positifs   ou   négatifs[39,14].   Elle   repose   sur   un   modèle   tripartite   des   émotions   :dimensions   négative,   positive,   etactivation   permettant   derendre   compte   de   la   vulnérabilité   à   présenter   uncertainnombre   de   troubles   psychopathologiques   (troubles   dépres-sifs   et   anxieux)   [10,14].L’affectivité,   reprise   sousle   termed’émotionnalité   [21]   est   décrite   comme   uncontinuumvariant   d’un   pôlenégatif   àunpôle   positif.   Cette   conceptiondimensionnelle   est   d’ailleurs   soutenue   par   différents   ques-tionnaires   Positive   Affect   and   Negative   Affect   Scale   (PANAS,questionnaire   de   Watson   et   Clark),   émotionnalité   positive   etnégative   à   31   items   (EPN-31)   [33]quiontpermis   de   validerl’existence   de   corrélations   importantes   entre   ladimen-sion   émotionnelle   négative   etdes   symptômes   thymiquestels   que   l’anxiété   et   la   dépression.   Laseconde   approches’intéresse   aux   pathologies   du   fonctionnement   émotion-nel.   Dans   ce   champ,   l’alexithymie   (difficulté   à   identifier   etexprimer   les   émotions)   a   faitl’objetde   l’essentiel   des   tra-vaux.   Elle   correspond   àun   mode   particulier   de   traitementdes   émotions,   caractérisé   par   un   déficit   de   représenta-tions   mentales   de   l’éprouvé   subjectif   [37],se   retrouvantchez   différentes   populations   cliniques   (i.e.états   de   stresspost-traumatiques,   troubles   psychosomatiques,   addictions[32]).   Elle   correspondrait   àune   dimension   secondairede   la   personnalité   [28,41]   expliquant   lesrelations   entrel’instabilité   émotionnelle   tempéramentale   (névrosisme)   etcertains   troubles   psychopathologiques.   L’alexithymie   peutd’ailleurs   être   mise   en   relation   avec   la   conscience   émotion-nelle,   concept   sesituant   àl’interface   entre   lapersonnalitéet   la   symptomatologie.   La   conscience   émotionnelle   définitune   architecture   cognitivo-émotionnelle   du   fonctionnementindividuel   quirend   compte   de   lamanière   dont   le   sujet,selon   sonniveau   de   développement,   peut   appréhenderet   traiter   lesémotions   [18—20].   Dans   sa   dimension   émo-tionnelle,   l’alexithymie   apparaît   comme   thymodépendante,contrairement   à   ladimension   cognitive   [15].Des   tra-vaux   actuels   montrent   l’existence   de   relations   positivesentre   la   difficulté   dans   l’identification   et   la   descriptiondes   émotions   etlessymptomatologies   anxieuses   et   dépres-sives   [8,17],   l’intensité   émotionnelle   [31],   ainsi   que,dansune   perspective   adaptative,   lesconduites   àrisques   etde   consommation   [4].   Elle   est   retrouvée   très   fréquem-ment   associée   àla   dépression   chez   des   sujets   présentantune   dépendance   à   l’alcool   [16]et   plus   généralementune   consommation   excessive   de   substances   psycho-actives[26]. Relations   anxiété,dépressionetalexithymie Lesrelations   entre   dépression   et   alexithymie   ontfait   l’objetd’une   controverse   nourrie,   entre   tenants   d’une   alexithy-mie   conc¸uecomme   un   épiphénomène   de   la   dépression,et   tenants   de   l’alexithymie   comme   fonctionnement   dis-tinct   de   la   problématique   dépressive.   Le   débat   avancegrâce,   notamment   à   des   travaux   portant   surla   stabilitérelative   de   l’alexithymie   [4].   Le   lien   existant   entre   alexi-thymie   etdépression   setrouve,   par   exemple,   précisé   parl’évolution   temporelle   respective   desdeux   pathologies.Dans   une   étude   portant   sur   une   population   infraclinique,Berthoz   et   al.[3]   proposent   un   modèle   où   l’alexithymie   estdirectement   influencée   par   l’anxiété,   elle-même   influen-cée   par   la   dépression.   Néanmoins,   les   relations   de   causalitésuggérées   parle   modèle   ne   peuvent   être   confirmées,   dufaitde   l’utilisation   d’analyses   statistiques   où   laréver-sibilité   est   possible.   Deplus,   ces   rapports   complexesprennent   appui   sur   des   études   dont   les   méthodologiess’appuient,   souvent,   surdesperspectives   différentes   entermes   de   conceptions,   catégorielle   versus   dimensionnelle,par   exemple.Les   principales   études   réalisées   surles   relations   entresymptomatologies   anxieuses   et   dépressives   ont   montréun   lien   significatif   entre   ces   deux   entités,   sans   toutefoiss’intéresser   aux   relations   entre   dimensions   émotionnelleset   pathologies   de   l’émotion.   Peu   de   travaux   abordent   lesliensspécifiques   entre   affectivité   négative,   alexithymie   etanxiété/dépression.   Existe-t-il   une   « géométrie   » spécifiqueà   chaque   symptomatologie   ?  190   A.   Bonnet   et   al.Notre   objectif   principal   dans   cette   étude   est   de   confir-mer   l’existence   d’un   « noyau   de   vulnérabilité   émotionnelle   » commun   aux   deux   entités   [6,40],   constitué   d’une   propen-sion   à   expérimenter   desémotions   négatives   associé   à   unfonctionnement   alexithymique.   Un   second   objectif   est   larecherche   de   caractéristiques   spécifiques   à   chaque   troubledans   une   perspective   dimensionnelle.   Nous   formulons   donctrois   hypothèses   : • il   existe   une   relation   significative   entre   symptômesanxieux   et   dépressifs   ; • il   existe   une   relative   communauté   de   processus   entreces   deux   entités,   objectivées   par   lessous   dimensions   del’affectivité   négative   et   de   la   difficulté   à   identifier   lesémotions   ; •   certaines   sousdimensions   sont   spécifiques   à   chaquetrouble. Patients   etméthode Sujets Lesparticipants   à   l’étude   sont   des   étudiants   de   première   auquatrième   année   de   l’Université   de   Provence.   L’échantillonest   constitué   de   317sujets   (77   %F   et23   %G   ;   âgemoyen   =20,61   ±   1,55),   qui   ont   donné   par   écritleur   consentementéclairé   et   rempli   lesquestionnaires   collectivement. Évaluation Les   dimensions   de   l’affectivité   ont   étéévaluées   par   l’EPN-31[33].Cette   échelle   permet   de   mesurer   les   trois   dimensionsdes   émotions   en   référence   aumodèle   tripartite   de   Watsonet   Clark.   Elle   est   constituée   de   31   items   regroupés   en   troisfacteurs   :   émotions   positives,   émotions   négatives   etémo-tions   de   surprise.   La   consistance   interne   varie   entre   0,80   et0,95   pour   lestrois   facteurs.   Une   corrélation   négative   a   étéretrouvée   entre   émotions   positives   etsévérité   des   symp-tômes   dépressifs,   et   une   corrélation   positive   a   été   observéeentre   émotions   négatives   etsévérité   dessymptômes   anxieuxet   dépressifs.   Le   fonctionnement   émotionnel   aété   éva-lué   par   l’échelle   d’alexithymie   de   Toronto   (TAS-20)   validéeen   franc¸ais   [23].   C’est   une   échelle   d’autoévaluation   com-portant   20   affirmations   sur   une   échelle   en   cinq   points   (de «   désaccord   complet   »   à «   accord   complet   » ).Chaque   itemest   côté   de   1à   5   et   le   score   global   est   de   100,   le   scoreà   partir   duquel   unindividu   est   considéré   comme   alexithy-mique   est   de   56   [24].   Elle   permet   une   évaluation   globaledu   niveau   d’alexithymie,   ainsi   que   de   trois   sous   dimensionsreprésentées   pardes   sous   échelles   spécifiques   :   la   difficultéà   identifier   ses   émotions   (DIE),   la   difficulté   à   différencierles   émotions   (DDE),   et   la   pensée   orientée   vers   l’extérieur(PEO).   Cette   échelle   est   laplus   utilisée   dans   l’évaluation   del’alexithymie.   Ses   qualités   métrologiques   sont   fiables   et   ontété   analysées   dans   de   nombreux   travaux.La   symptomatologie   anxieuse   et   dépressive   a   été   éva-luée   par   lessous   échelles   d’anxiété   etde   dépression   dela   Symptom   Check-list   Revised   —   en90   items   (SCL90-R).Cette   échelle   est   largement   utiliséedans   le   dépistage   desymptômes   psychiatriques,   etafaitl’objet   d’une   validationinternationale.   Ses   qualités   psychométriques   sont   satisfai-santes   [12]. Démarche   d’analyse   des   données Différents   traitements   statistiques   ont   étéréalisés.   En   pre-mier   lieu   desanalyses   descriptives   portant   surl’existencede   différences   liées   ausexe.   Ensuite   des   analyses   cor-rélationnelles   (corrélations   de   Bravais-Pearson)   ont   étéréalisées   afinde   tester   les   relations   entre   les   différentesvariables.   Le   seuil   de   significativité   retenu   aétéfixéà  p   <   0,001   (application   de   la   correction   de   Bonferroni   pourcomparaisons   multiples).   Enfin   des   régressions   multiplespas   à   pas   ont   été   calculées,   afinde   déterminer   lacontri-bution   respective   des   dimensions   de   l’affectivité   etdel’alexithymie   àchaque   typede   symptomatologie,   anxieuseversus   dépressive.   S’agissant   de   comparaison   multiple,une   correction   de   Bonferroni   aégalement   été   appliquée,amenant   un   niveau   de   significativité   fixéà  p   <0,005.   Lestraitements   statistiques   ont   étéréalisés   avec   le   logiciel   SPSS15. Résultats Le   Tableau   1   présente   les   analyses   descriptives   etlesdiffé-rences   inter   sexes.   On   observe   ainsique   lesfemmes   sont   plusanxieuses   etplus   déprimées   que   leshommes,   et   présententunniveau   d’alexithymie   supérieur.Plus   précisément,   seulela   dimension   « difficulté   àidentifier   lesémotions   » etle   scoregénéral   d’alexithymie   sont   concernés   par   cette   différence.En   revanche,   on   n’observe   pasde   différence   significativesurles   dimensions   émotionnelles   de   l’affectivité   négative,positive   et   de   l’activation.L’analyse   des   relations   entre   lesdifférentes   variablesmontre   l’existence   de   plusieurs   liaisons   significatives.Celles-ci   sont   présentées   dans   le   Tableau   2.   Onretrouveune   forte   corrélation   ( r    >   0,50)   positive   entre   anxiété   etdépression,   cequi   signifie   que   la   présence   chez   unsujet,de   l’unou   l’autre   trouble,   a   une   forte   probabilité   d’êtreassociée   au   second.   Ces   deux   symptômes   entretiennent,en   outre,   des   relations   fortes   ( r  >0,50),modérées   ( r    >   0,30)à   faibles   ( r  >0,10)   avec   certains   facteurs   de   vulnérabi-lité   potentiels.   Ainsi,   l’affectivité   négative   présente   uneforterelation   avec   l’anxiété   et   la   dépression,   tandis   quel’affectivité   positive   n’est   liée   —négativement   et   modéré-ment   — qu’à   la   dépression.   Enfin,   l’activation   émotionnelleentretient   une   relation   modérée   avec   l’anxiété,   et   faibleavec   ladépression.   Il   existe   également   des   relationssignificatives   entre   symptômes   affectifs   et   alexithymie,notamment   dans   sa   composante   émotionnelle   :   difficultéà   identifier   les   émotions   et   difficulté   àdécrire   lesémo-tions.Afin   d’analyser   les   contributions   relatives   desdifférentesdimensions   de   l’affectivité   et   de   l’alexithymie   auniveaudes   symptomatologies   dépressives   etanxieuses,   nous   avonstesté   le   même   modèle   global   incluant   l’affectivité   néga-tive,positive   et   l’activation,   etles   sousdimensions   del’alexithymie,   pour   chaque   modalité   d’expression   sympto-matique.   Les   résultats   sont   présentés   dans   le   Tableau   3.Concernant   l’anxiété,   seules   contribuent   de   manière   signi-ficative   les   dimensions   suivantes   enexpliquant   43   %   de  Affectivité   et   alexithymie   191 Tableau   1   Comparaison   des   sujets   masculins   et   féminins   pour   l’âge,   les   symptômes   anxieux   et   dépressifs,   l’affectivité   etl’alexithymie.M   FTotal   t   (2,313)    p M SD M   SD   M   SDÂge 20,88   1,61   20,531,53   20,611,55   1,68   0,09SCLDépression 7,75   6,53   10,618,73   9,95   8,34   − 2,56   0,01SCLAnxiété 4,77   4,97   6,68   6,20   6,26   5,98   − 2,38   0,02EPNPA   48,63   11,74   48,379,38   48,489,99   0,19   0,85EPNNA   55,23   20,28   56,2218,04   56,0218,54   − 0,40   0,69EPNAE   9,01   3,45   8,33,71   8,46   3,65   1,43   0,15TASDIE   15,65   6,00   17,925,95   17,386,01   − 2,83   0,01TASDDE   13,42   5,07   14,75,24   14,405,23   − 1,82   0,07TASPOE 16,76   4,14   16,665,01   16,694,81   0,16   0,88TASTotal 45,83   11,29   49,2812,46   48,4712,25   − 2,09   0,04 SCL:symptomchecklist;EPN:échelled’émotionspositiveset   négatives;TAS:TorontoAlexithymiaScale. Tableau   2   Corrélations   entre   âge,   symptômes   dépressifs,   anxieux,   et   variables   explicatives   :   dimensions   émotionnelles   etalexithymie.12   34   5   6789   101   Âge   1,00   − 0,11   − 0,17   − 0,01   − 0,16   − 0,09   − 0,10   − 0,09   0,10   − 0,052SCL   Dépression   1,00   0,59 a − 0,33 a 0,63 a 0,23 a 0,48 a 0,31 a − 0,01   0,36 a 3   SCL   Anxiété   1,00   − 0,07   0,58 a 0,42 a 0,46 a 0,25 a − 0,09   0,23 a 4   EPN   PA   1 ,   00   − 0,02   0,18   − 0,16   − 0,20 a − 0,11   − 0,21 a 5 EPN   NA   1,00   0,38 a 0,49 a 0,31 a − 0,09   0,34 a 6   EPN   AE   1,00   0,27 a 0,21 a 0,02   0,23 a 7 TAS   DIE   1,00   0,59 a 0,22 a 0,83 a 8   TAS   DDE   1,00   0,26 a 0,82 a 9 TAS   POE   1,00   0,61 a 10 TAS   Total 1,00 SCL:symptomchecklist;EPN:échelled’émotionspositiveset   négatives;TAS:TorontoAlexithymiaScale. a  p   <00,001. la   variance   :l’affectivité   négative   (  =   0,36,    p   <   0,0001),l’activation   émotionnelle   (  =0,25,    p   <   0,0001)   etla   sousdimension   de   l’alexithymie   « difficulté   à   identifier   lesémotions   »   (  =0,24,    p <0,0001).Ladépression   partage   avecl’anxiété   les   dimensions   suivantes   :affectivité   négative(  =   0,52,    p   <0,0001),difficulté   àidentifier   lesémotions(    =   0,16,    p   =   0,004),   et   inclut   une   dimension   spécifique,l’affectivité   positive   (  =   − 0,32,    p   <0,0001),   pour   constituerunmodèle   expliquant   51   %   de   la   variance.   En   revanche,l’absence   de   contribution   de   l’activation   émotionnelle Tableau   3   Résultats   des   analyses   de   régression   multiples   pas   à   pas   :   dimensions   émotionnelles   et   alexithymie   comme   facteurscontribuantaux   symptomatologies   anxieuses   et   dépressives.Symptômes   anxieux a Symptômes   dépressifs b ˇ   t    p   ˇ t    p Âge   − 0,06   − 1,27   0,20   0,00   − 0,03   0,97Sexe0,10   2,32   0,02   0,11   2,75   0,006EPNPA   − 0,09   − 1,97   0,09   − 0,32   − 7,51   <   0,0001EPNNA   0,36   6,60   <0,0001   0,52   10,35   <   0,0001EPNAE   0,25   5,18   <0,0001   0,069   1,52   0,13TASDIE   0,24   3,98   <0,0001   0,16   2,9   0,004 TASDDE   − 0,07   − 1,29   0,20   − 0,03   − 0,66   0,51TASPOE   − 0,09   − 1,94   0,05   − 0,02   − 0,57   0,80 a R 2 ajusté=0,43;  p <0,0001. b R 2 ajusté=0,51;  p <0,0001.
Related Search
Similar documents
View more
We Need Your Support
Thank you for visiting our website and your interest in our free products and services. We are nonprofit website to share and download documents. To the running of this website, we need your help to support us.

Thanks to everyone for your continued support.

No, Thanks
SAVE OUR EARTH

We need your sign to support Project to invent "SMART AND CONTROLLABLE REFLECTIVE BALLOONS" to cover the Sun and Save Our Earth.

More details...

Sign Now!

We are very appreciated for your Prompt Action!

x